Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Botanique et idées claires sous un ciel sombre. (*Far-Out / toujours un peu plus loin...)


L'extraordinaire histoire d'Alioshenka, le petit alien ouralien

Publié par JCR sur 9 Avril 2007, 14:35pm

Catégories : #Calambredainantesque

Bidibidibidibidi – Mulder, mais où es-tu? - Scully, Heu, j'suis à Kyshtym, là, en Russie pour une autopsie d'alien. Je ne peux pas te parler, je t'expliquerai – clic!


alioshenka-main.jpg

Le mystère d' "Alioshenka, le petit alien ouralien" court depuis onze ans. Stanislav Samoshkin, le docteur qui a pratiqué l'autopsie du petit corps dans un hôpital local, l'affirmait déjà: Ce n'est ni un être humain, ni un animal.

Cinq tests sur les échantillons d'ADN ont récemment mis en évidence un gène qui ne correspond à aucun autre connu chez l'homme ou le singe. Les experts n'avaient jamais observé une molécule ADN si allongée.

D'autre part, l'enquête laisse supposer que la créature serait morte d'une fracture du crane, et non d'un rhume, comme ils le croyaient, a annoncé Vladim Chernobrov, coordinateur au centre Kosmopoisk, qui s'est emparé de l'affaire.

RussiaChelyabinsk2007-01.gif

L'histoire commence l'été 1996... Une mystérieuse créature miniature est trouvée, dans les bois qui entourent le village de Kaolinovy, dans la région de Chelyabinsk, par une certaine Tamara Prosvirina, une vieille femme connue pour ses problèmes psychiatriques.

Elle parle un jour de sa découverte à des voisins, leur disant qu'elle avait trouvé un joli garçon du nom d'Alioshenka. Ces derniers ont pensé qu'elle délirait de nouveau et ils ont appelé l'hôpital dans lequel elle avait ses habitudes.

L'histoire pourrait en rester là, même si l'un des ambulancier venu la chercher, a bien remarqué quelque chose sur le lit, qu'il avait alors pris, pour un chat enveloppé dans des couvertures.

Vladimir Nurtdinov qui occupe la maison pendant l'internement de Tamara Prosvirina, trouve la créature. Il l'a cache sur le toit du garage ou le soleil a tanné et momifié le corps d'Alioshenka, le petit alien ouralien.

Dans le cadre d'une enquête sur des vols d'électricité, les policiers découvrent chez Nurtdinov, l'étrange chose dans une boite. Ils sont suffisamment interloqués devant le petit corps momifié pour en faire un film. Le Major Bendlin (aujourd'hui en retraite), note que cette créature ressemblait aux aliens de Science fiction.

alioshenka-1-2.jpg

Le premier médecin qui l'ausculte déclare qu'il peut s'agir d'un foetus humain de 20 semaine. Pour Bendlin, le cas se résume donc encore, à une sordide histoire d'avortement illégal. Une autopsie pourrait déterminer s'il s'agissait d'un infanticide ou d'un avortement tardif. Stanislav Samoshkin, le docteur qui pratique l'autopsie, affirme alors que cette créature miniature n'a rien d'humain:

Son crane était constitué de quatre os (6 pour un humain) et il y avait d'autres différences au niveau du squelette qui ne ressemblaient à aucune malformations congénitales connues.

Le corps de la créature est alors remis par les policiers, a des spécialistes venus spécialement le chercher et qui se sont depuis évanouis dans la nature: Ils m'ont dit qu'ils étaient des ufologues alors je le leur ai confié. Je n'ai pas imaginé qu'ils étaient des imposteurs, explique Bendlin...

En août 1999, quelques semaines avant qu'une équipe de chercheurs n'arrive de Moscou, le principal témoin de l'affaire, la vieille femme qui a recueilli et nommé la créature, meurt, renversée par une voiture qui prend la fuite, dans une ville où il en passe deux par jour!

L'histoire fait assez de bruit, pour qu'une équipe télé japonaise propose d'acheter des restes de l'alien, pour un documentaire. Une multitude de témoignages, de résidus divers, de réponses fantaisistes et une erreur de traduction plus tard, l'échange tombe à l'eau.

Il existe cependant des témoignages qui affirment que la créature était vivante et qu'elle n'a jamais fait de mal à personne. La belle fille de Tamara Prosvirina, assure même avoir pu l'observer:

Je rendais visite à ma belle mère deux fois par semaine pour lui apporter de la nourriture. Un jour elle me dit "Il faut donner à manger au bébé aussi". Alors elle me l'a montré sur le lit. Je me suis approchée et je l'ai vu:

Il couinait de drôles de sons. Je pouvais voir sa bouche en forme de petite pipe. Il avait une petite langue rouge qui bougeait. J'ai aussi remarqué deux dents, dans un sens il ressemblait à un petit bébé. Sa tète était brune et ressemblait à un oignon.

Son corps était gris. Ses pupilles s'ouvraient et se refermaient comme celle d'un chat. Je n'ai pas vu de paupières ni d'appareil génital. Les doigts de ses mains et de ses pieds étaient très longs. Elle m'a dit l'avoir trouvé dans la forêt, elle l'a aussitôt appelé Alioshenka (diminutif d'alexis) et lui a donné un bonbon qu'il a commencé à sucer. Elle croyait qu'il s'agissait d'une sorte d'animal.

Tout le monde ici, considère ce témoignage comme digne de foi.

Il avait une sorte d'odeur à la fois agréable et nauséabonde. Il ne pouvait pas évacuer autrement qu'en transpirant. Elle lui essuyait le visage avec sa couverture.

Depuis, la rumeur s'est répandue, les ufologues voient dans « le nain de Kyshtym » un pur extra terrestre et le clergé local, un démon. Il est vrai qu'une malédiction semble frapper ceux qui s'approchent de trop près du petit monstre:

L'académicien, Mark Milkhiker qui avait effectué une enquête minutieuse sur le terrain, est atteint d'une curieuse maladie. Il décède soudainement d'un arrêt cardiaque à l'hôpital. Vladim Chernobrov, du centre Kosmopoisk, qui avait trouvé la couverture qui servait à essuyer et à envelopper Alioshenka, est lui, depuis, touché par une étrange paralysie...

A noter que le 29 septembre (ou juin) 1957, Kyshtym, a été le théâtre de l'explosion d’une cuve de déchets radioactifs. La panne du système de refroidissement provoque un incendie. Le réservoir explose et projette la dalle de béton de l'installation de stockage à 2 mètres 50. Entre 70 et 80 tonnes de substances hautement radioactives sont rejetées. Des milliers de kilomètres carrés sont contaminés (niveau 6 sur l’échelle INES qui en compte 7. Tchernobyl: 7). Une trentaine de villages et villes ont été rayés de la carte. Le gouvernement soviétique préférera tenir cette histoire secrète pendant 30 ans et ne pratiqua aucune évacuation.

Ceci explique peut-être cela, il faut voir en Alioshenka l'archétype des générations futures, l'avenir irradié de l'homme, avec le tète en forme d'oignon, sans organes génitaux ni évacuation...

Source Pravda, ici et en anglais, il va de soit que je n'en sais pas plus que ce qui est dit dans ce journal dont le titre signifie vérité, si je ne m'abuse.

La Russie est décidément un pays d'aliens couinant, où les chasseurs croisent les soucoupes volantes (clic), certains visiteurs ont cependant moins de chance
(clic - billet Topinambours).


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

n-talo 10/04/2007 12:19

c'est monstreux

n-talo 10/04/2007 12:16

je navigue toujours avec le son coupé ... et là pas ... surprise en arrivant chez toi, je cherchais d'où ça venait ! bon maintenant je vais lire

JCR 11/04/2007 00:17

J'ai changé le morceau pour le thème simple, juste pour l'effet (le morceau me fatiguait un peu quand même)

marino 10/04/2007 07:12

ça sent le canulars à plein nez st'histoire...

J'ai comme un très gros doute... Mais pourquoi pas ? Irradié ou ET ?
Il est vilain en tous les cas !

Mouarf !

Bizzzz
Marino

JCR 10/04/2007 09:18

> C'est souvent que la Pravda (qui ressemble à un "tabloïde à sensation", c'est vrai) sort des histoire d'aliens. Celle là ressemblait un peu à un polard avec des morts, des hommes mystérieux, des témoins zarbis... Et au bout, un grave accident nucléaire omis par le journal.

Le Monolecte 09/04/2007 16:55

C'est marrant, parce que plus je lisais ton histoire et plus je me disais que plutôt qu'un ET, faudrait peut-être creuser sur un mutant pas cool du tout, façon Tchernobyl, parce que par là, des enfants X-files, ils en font la collection.
Ta conclusion me "rassure"

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents