Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Botanique et idées claires sous un ciel sombre. (*Far-Out / toujours un peu plus loin...)


L'univers est plein de vie...

Publié par JCR sur 25 Juillet 2007, 00:56am

Catégories : #Calambredainantesque

Vous savez tout le respect que j'ai pour Jean-Pierre Chevenement... Il n'a jamais témoigné de son passage dans l'au dela, d'autres l'ont fait. Notamment des athés...

howard-storm.jpg
En 1985, le professeur d'art de l'université du Kentucky, Howard Storm, est déclaré mort cliniquement des suites d'une péritonite.

Il fait l'expérience de la mort rapprochée dans un hôpital parisien. En 2000, il publie la première édition de son témoignage: 'Ma descente dans la mort' (ang) réédité en 2005.

J'ai senti que c'était le grand black out, celui dont on ne se relève jamais. La fin de la vie. J'étais absolument certain qu'il n'y avait rien après, c'est ainsi que les gens intelligents l'envisagent.

J'ai finalement ouvert les yeux. A ma grande surprise, je me tenais debout à coté du lit et je regardais mon corps allongé. Ma première réaction fut de m'exclamer: 'C'est fou!'

J'ai commencé à appeler ma femme, elle ne réagissait pas plus que mon voisin de chambre. Tous mes sens étaient parfaitement en éveil. Alors j'ai entendu mon nom.

"Howard, Howard, nous sommes là pour prendre soin de toi. Nous allons te remettre sur pieds. Viens avec nous..." Il y avait plusieurs voix, je demandais qui ils étaient, ils répondaient, "Vite, viens avec nous et tu sauras".

Je les ai suivi et me suis trouvé dans un brouillard coloré. Je ne distinguais que des silhouettes, à une dizaine de mètres devant. Des que je m'approchais elles s'enfonçaient rapidement dans le brouillard. Je les suivais de plus en plus profondément.

Au fur et à mesure, le brouillard devenait de plus en plus épais et les gens de plus en plus agressifs. J'étais perdu.

Certains d'entre eux ont commencé à me mordre. Ils m'ont humilié de la pire des manières et ont commencé à m'enlever des lambeaux de mon corps. Je réalisais avec horreur qu'ils me dévoraient vivant. [ndlr: pas tellement vivant quand même].

Je n'ai pas douté une seconde que ces créatures étaient des êtres humains. Le meilleur moyen de les décrire est de les comparer à la pire des personnes entièrement gouvernée par la cruauté et les envies.

J'ai entendu une voix à l'intérieur qui me disait: Prie Dieu! Je répondais que je ne savais pas prier, j'ai commencé par dire des choses comme 'l'Eternel est mon berger' 'in god we trust' 'god bless America', puis une contine qu'on apprend à la maternelle m'est revenue 'Jesus m'aime, oui c'est vrai...' répétée à l'infini.

Les créatures commencèrent à devenir hystériques, comme si je leur avais jeté de l'huile bouillante. Ils ont commencé à me crier dessus et hurler après moi pour que j'arrête. Ils criaient qu'il n'y avait pas de Dieu, qu'il ne pouvait pas entendre. En même temps qu'ils hurlaient des insanités je les sentais s'éloigner de moi, comme si j'étais un poison.

J'ai soudain compris qu'ils étaient partis. Il faisait noir et j'étais seul à baragouiner un charabia qui sonnait religieux.

Howard raconte qu'à partir de ce moment une lumière éclatante, est venu à sa rencontre et l'a sorti des limbes, Cette lumière me connaissais, j'ai compris que c'était un être extrêmement puissant, jusqu'à lui faire embrasser du regard un panorama de ce qui ressemblait à une galaxie avec un immense centre de lumière. Il voit défiler sa vie, en spectateur:

Le spectacle de ma vie était simplement pitoyable. La seule scène qui m'a rempli de joie c'est ce soir là, quand j'ai consolé ma soeur en mettant mes bras autour de son cou alors qu'elle n'allait pas fort. C'était ma seule heure de gloire!

Ils m'ont demandé si j'avais des questions, et j'en avais des tonnes.

Par exemple au sujet de la Bible, ils m'ont répondu que c'était un livre inspiré qu'il fallait lire avec recueillement mais que tout était vrai. Ils m'ont dit que la meilleure religion était celle qui te rapprochait le plus de Dieu, que l'univers était plein de vie et qu'il n'y aurait pas d'holocauste nucléaire parce que Dieu aimait le monde.

Howard explique ensuite comment ses amis lui ont fait comprendre que jamais le monde n'avait relié ses habitants avec autant de proximité et dans le même temps n'avait jamais fait pesé autant de menaces de destruction. La responsabilité des Etats Unis est manifeste, leur goinfrerie a conduit le monde aux portes du chaos. Le choix de la sobriété est encore possible et conduirait à un retour au paradis terrestre

Les seules préoccupations sont d'élever les enfants et de jardiner, sans efforts, avec des prières, les animaux vivraient parmi les hommes...

Home, sweet home!

Bien qu'il ne voulait pas rentrer, ses interlocuteurs lumineux lui ont conseillé de le faire. Le retour dans son corps blessé fut encore plus douloureux que son agonie.

Depuis il se dit plus sensible au malheur des autres, son sens de l'empathie s'est amplifié. Il a quitté l'enseignement pour un ministère chrétien.


Via Neatorama.

Commenter cet article

Le Monolecte 25/07/2007 08:38

Chevènement a continué à faire de la politique au retour... peut-être s'était-il retrouvé dans le camp de bouffeurs de chair humaine!

JCR 25/07/2007 17:09

Ben, wai, c'est possible...

oim 25/07/2007 02:44

S'il vous plait, pas de rhétorique marxiste...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents