Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Botanique et idées claires sous un ciel sombre. (*Far-Out / toujours un peu plus loin...)


Religion football en Corée du Sud : le messie en prison!

Publié par JCR sur 7 Juin 2008, 20:37pm

Catégories : #Calambredainantesque


La religion football, encore. Alors que les nations européennes confrontent leurs émanations séfirotiques (billet du 04 juin) durant la grand'messe du Championnat d'Europe. Un ancien disciple de Moon, Jông Myông-Sôk (JMS, alias Jesus Morning Star [wiki]), élevé à bonne école, a su utiliser l'engouement suscité par le sport de balle au pied et creer un culte dont il est l'objet central et le nouveau messie.

Ce charlatan, digne de son compatriote Kim Jong Il utilise le football pour glorifier - son - Dieu et symboliser, sur le terrain, la lutte du bien contre le mal.


Aprés 8 années de cavale il a été arrêté en Chine et son procès a commencé en Corée du Sud. Il doit répondre devant le tribunal d'accusations de viols sur de jeunes disciples qu'il entendait purifier de cette manière. JMS avait l'habitude de déclarer qu'il était bien que Hitler ait tué six millions de juifs et que ceux qui n'étaient pas d'accord n'avaient rien à faire au près de lui. jmscult.com

D'après les travaux de Nathalie Luca, Le salut par le foot. Une ethnologue chez un messie coréen.

« En 1980, Jông Myông-Sôk (JMS) fonde l'Église de la Providence (dissidente de la secte Moon). Il s'adresse à un public jeune et remplace l'anticommunisme de Moon par un engagement sportif qui se manifeste en particulier par ses cultes dominicaux qui se déroulent dans les stades des universités coréennes.

[Les équipes] s'opposent tour à tour une fois contre, une fois avec JMS. Celui-ci ne prend aucun repos. Il est le numéro dix, celui du capitaine d'équipe, du "roi" ou du "dieu" Pelé. Son équipe ne perd jamais. Le nombre de buts marqués de part et d'autre est toujours très élevé.


Tout au long de ces matchs, l'assemblée est divisée en participants et en supporters. Chacun est actif sur le terrain comme dans les tribunes. De l'ardeur du jeu des premiers et de la clameur des seconds dépend l'orientation du monde.

Seuls les hommes jouent mais les jeunes filles les encouragent énergiquement. Elles chantent "Maître, vous êtes beau" à chaque but marqué ; lorsqu'il en manque, elles ajoutent "si vous marquez c'est bien, mais si vous ne marquez pas, ce n'est pas grave". Pour mieux encourager les jeunes gens et s'attirer le regard du messie, elles sont très maquillées vêtues de tenues courtes, aux couleurs vives.

Le match est régulièrement arrêté pour permettre au fondateur de le commenter. Il explique les raisons d'un but marqué ou manqué, critique le jeu d'untel, ou celui de l'équipe. Quand toutes les équipes ont joué le jeu s'arrête enfin. Il s'est écoulé plus de cinq heures.

Le football, très mobilisateur, met en scène toute la symbolique de la doctrine, construite sur un système de complémentarité entre un « monde des vivants » (les joueurs) divisés en démocrates et en communistes, et un « monde des esprits » (les spectateurs) celui de Dieu et de Satan qui orientent les vivants vers la démocratie ou vers le communisme.

Les matches de football de l'Église de la Providence (...) sont l'éloge de la compétition et représentent la victoire du capitalisme sur le communisme, de la Corée du Sud sur la Corée du Nord.

Le football, par son aspect spectaculaire et compétitif, permet une libération émotionnelle collective et les matches s'apparentent à une manifestation religieuse. Les initiés ne regardent pas les matches comme les néophytes. Ils leur donnent une dimension métaphorique, un sens lié à la doctrine qu'ils apprennent et dont les spectateurs étrangers au mouvement ignorent l'existence.
»

Un messie en carton pâte pour la photo

En 1992, l'Église de la Providence comptait 30 000 fidèles, quelques filiales importantes au Japon et à Taïwan, et des lieutenants américains.

Extrait de « Le salut par le foot. Une ethnologue chez un messie coréen », de Nathalie Luca chercheur au cnrs [
extrait pdf] et aussi [html]. Via LCI

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents