Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Botanique et idées claires sous un ciel sombre. (*Far-Out / toujours un peu plus loin...)


Gaston Couté par Philippe Languille à la Vieille Forge

Publié par JCR sur 1 Mai 2010, 05:49am

Catégories : #Musique

http://farm4.static.flickr.com/3196/4563622740_694f340814_b.jpg

 

Philippe Languille (à droite) accompagné de Grégoire Simon (sur la photo) et Eric Philippon (plus bas) à l'occasion de la représentation musicale des poésies de Gaston Couté, à Molac, dont les fidèles amateurs de topinambours et de billevesées se souviennent du billet du 14/02/09 à ce propos, avec une photo des musiciens-comédiens sur un tracteur.

 

J'ai depuis numérisé les quelques négatifs qui me restent de ce moment dont je ne peux malheureusement que rapporter des images et des souvenirs. Une atmosphère intemporelle s'était créée, entre les chaises en bois et les murs épais de la Vieille Forge. Languille était malicieux, rigolard, poignant soudain, comme la poésie du Ga's qu'à mal tourné. Les ponctuations multi-instrumentales, idoines et discrètes, confortaient l'ambiance chaleureuse, soulignaient les vers, sans jamais nuire au silence.

 

J'espère que vous apprécierez les photos avec du bougé du grain, tout ça, et le choix de l'odeur du fumier parmis les textes de Couté, les villotiers ne m'en tiendront pas rigueur...

 

 

http://farm4.static.flickr.com/3492/4562992003_b3e016c88b_b.jpg 

 

C'est eun' volé' d'môssieux d'Paris Et d' péquit's dam's en grand's touélettes Qui me r'gard'nt curer l'écurie Et les "téts" ousque gît'nt les bêtes :

 

Hein ?... de quoué qu'c'est, les villotiers, Vous faisez pouah ! en r'grichant l'nez Au-d'ssus d'la litière embernée?...

 

Vous trouvez qu'i' pu', mon feumier?

 

Ah ! bon guieu, oui, l' sacré cochon ! J'en prends pus avec mes narines Qu'avec les deux dents d' mon fourchon Par oùsque l' jus i' dégouline,

 

- I' pu' franch'ment, les villotiers ! Mais vous comprendrez ben eun' chouse, C'est qu' i' peut pas senti' la rouse ! …

 

C'est du feumier... i' sent l' feumier !


http://farm4.static.flickr.com/3658/4563622258_651de68aac_o.jpg

 

Pourtant, j'en laiss' pas pard'e un brin, J' râtle l' pus p'tit fêtu qu'enrrouse La pus michant' goutt' de purin, Et j' râcle à net la moind'er bouse !

 

- Ah ! dam itou, les villotiers, Malgré qu'on seye en pein' d'avouer Un "bien" pas pus grand qu'un mouchouer, On n'en a jamais d' trop d' feumier !

 

C'est sous sa chaleur que l' blé lève En hivar, dans les tarr's gelives ; I' dounn' de la force à la sève En avri', quand la pousse est vive !

 

Et quand ej' fauch' - les villotiers ! Au mois d'Août les épis pleins Qui tout' l'anné' m' dounn'ront du pain, Je n' trouv' pas qu'i' pu', mon feumier !

 

C'est d' l'ordur' que tout vient à nait'e : Bieauté des chous's, bounheur du monde, Ainsi qu' s'étal' su' l' fient d'mes bêtes La glorieus'té d'la mouésson blonde...

 

http://farm4.static.flickr.com/3274/4562991481_276ffb3c3a_b.jpg

 

Et vous, tenez, grous villotiers Qu'êt's pus rich's que tout la coummeune, Pour fair' veni' pareill' forteune En a-t-y fallu du feumier ! !!

 

Dam' oui, l' feumier des capitales Est ben pus gras que c'ti des champs : Ramas de honte et de scandales... Y a d'la boue et, des foués, du sang !...

 

- Ah ! disez donc, les villotiers, Avec tous vos micmacs infâmes Ousque tremp'nt jusqu'aux culs d'vos femmes... I' sent p'tét' bon, vous, vout' feumier?...

 

Aussi, quand ej' songe à tout ça En décrottant l' dedans des "téts" J' trouv' que la baugé' des verrats A 'cor comme un goût d' properté !

 

Et, croyez-moué, les villotiers, C'est pas la pein' de fèr' des magnes D'vant les tas d'feumier d' la campagne :

 

I' pu' moins que l'vout'... nout' feumier !

 

L'odeur du fumier - Gaston Couté

 

Site dédié Gaston Couté, ses oeuvres, album photos Languille à Molac

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents