Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Botanique et idées claires sous un ciel sombre. (*Far-Out / toujours un peu plus loin...)


Une ceinture verte à la place du rideau de fer

Publié par JCR sur 22 Octobre 2011, 10:45am

Catégories : #Monde animal

Dans la série les grandes traductions de Topinambours et Billevesées avec l'aide de Google, ce long papier du Spiegel sur la ceintuire verte ancien rideau de fer que les moins de vingt ans ne peuvent pas  connaitre...

 

Souvent je me suis répété en voyant les touffes d'herbes manger le bitume qu'il suffirait de quelques années seulemernt pour que la nature ne reprenne ses droits. Et c'est le cas ! il suffit de lui foutre la paix, même pas longtemps...

 

 

dieter_leupold_in_gba_salzwedel_700.jpg

 

Dans la série des grandes traductions de Topinambours et Billevesées...

 

« La zone interdite, un réseau de près de 1400 km de clôtures et de miradors, qui courait à travers l'Allemagne, du nord au sud, entre l'Est et l'Ouest, constitue aujourd'hui, une réserve naturelle unique en son genre.

 

Les planificateurs de la zone frontière qui a séparé l'Allemagne de l'Est de celle de l'Ouest, de la mer Baltique à la Bavière, après la seconde guerre mondiale, avaient construit une barrière qui se voulait infranchissable.

 

La zone s'étendait d'une première ligne de contrôle à 5 kilomètres avant la frontière jusqu'au mur. Entre les deux, un espace réservé aux chiens de garde, avec des bandes de sable pour repérer les empreintes, des champs de mines, le tout bardé de fils barbelées à portée des fusils mitrailleurs.

 

Les concepteurs n'imaginaient pas qu'ils venaient de créer, à long terme, non pas une zone interdite brutale mais une réserve naturelle d'une richesse disparue ailleurs en Europe.

 

« Il n'y a aucun autre domaine naturel en Allemagne qui ait été complètement à l'abri pendant une si longue période », explique Dieter Leupold, biologiste, un des membres des Amis de la Terre en charge du projet de ceinture verte.

 

germany_Hauser_Brome_overhead_600-copie-1.jpg

 

Aujourd'hui, plus de 20 ans après la chute du mur de Berlin et de l'ouverture de la frontière, plusieurs associations écologistes avec l’appui des Länder et du gouvernement fédéral, sont sur le point d'assister et de participer à une étonnante métamorphose.

 

En dépit de ses dimensions bizarres, de 30 mètres à parfois quelques centaines de mètres de large, cette ceinture verte a une valeur unique pour les scientifiques.

 

En Allemagne, à l'Est comme à l'Ouest, l'agriculture intensive et l'urbanisation ont pesé lourdement sur les écosystèmes et de nombreuses espèces de plantes et d'animaux ont disparues. Mais la zone frontalière est restée hors d'atteinte pendant des décennies, et est ainsi devenu un refuge pour les animaux sauvages et les plantes rares.

 

« La loutre d'Europe, qui est en danger en Allemagne, apprécie visiblement les fossés qui étaient chargés d'empêcher le passage des véhicules », raconte Leupold en marchant le long de la frontière près de la ville de Salzwedel, anciennement à l'Est. « Nous trouvons des cigognes noires, des grenouilles des champs, des pygargues à queue blanche... Fondamentalement, vous pouvez réciter la liste rouge des espèces en danger en Allemagne. »

 

Depuis 1990, l'Agence fédérale pour la conservation de la nature a créé plus de 20 grandes aires protégées reliées entre elles par l'ancienne zone frontalière. Ces réserves pourraient constituer le point de départ d'un effort beaucoup plus important à l'échelle européenne pour créer une réserve naturelle qui s'étendrait du nord de la Finlande à la mer Noire, le long du tracé de l'ancien Rideau de Fer. Quelques semaines seulement après que la chute du mur, en Novembre 1989, les écologistes faisaient circuler une pétition pour un projet de « Ceinture Verte » le long de l'ancienne zone frontalière :

 

« Cette zone doit être protégée comme l'épine dorsale écologique de l'Europe centrale », alors qu'elle était universellement connue comme le « corridor de la mort » et était détestée à juste raison. « Les agriculteurs avaient aussitôt commencé à cultiver la terre, après que les mines aient été enlevées, et les villes et les villages avaient commencé à tracer des routes pour reconnecter les gens. Nous voulions prouver que c'est un domaine de valeur qui peut transcender les horreurs du passé », explique Uwe Riecken, de l'Agence fédérale allemande pour la conservation de la nature.

 

german-green-belt-overhead2-700-copie-1.jpg

 

L'agence a commencé par l'inventaire minutieux des écosystèmes : « Nous avions des équipes d'ornithologues, de botanistes, d'entomologistes, qui ont arpenté des centaines de kilomètres le long de l'ancienne frontière et enregistré ce qu'ils rencontraient », se souvient-il.

 

Les observations des ornithologues amateurs locaux ont également été introduites dans la base de données. En fin de compte, plus de 1.000 espèces inscrite sur la Liste Rouge des espèces menacées d'Allemagne ont été identifiées. Riecken a également appelé à la création de grandes réserves officielles le long de la ceinture verte, qui constiturait la colonne vertébrale d'un nouveau système de corridors écologiques : « Nous allons essayer de protéger toutes les perles du collier », dit-il, comme c'est déjà le cas avec le parc national du Harz, (25.000 hectares au cœur de l'Allemagne) ou le lac Schaalsee (15 000 hectares de landes, tourbières, forêts et prairies).

 

« Nous ne pouvons pas encore prouver que les animaux migrent le long de la ceinture verte sur de très longues distances, mais cela favorise sans doute la connexion de nombreuses espèces et contribue à leur survie », explique Riecken.

 

Sur le terrain, les chercheurs ont pu rencontrer un étonnant mélange d'habitats : forêts, landes, dunes, prés salés, zones de rivages - la frontière a littéralement coupé à travers le riche patrimoine naturel d'Allemagne. « Certaines forêts n'avait pas été touché depuis 40 ans », explique Riecken, « Il y avait du bois mort sur le sol comme dans une forêt naturelle, contrairement à ce qu'on trouve en général dans ce pays très ordonné. »

 

La valeur écologique de la Ceinture verte réside également dans le fait que bien que certaines zones aient été cultivées avec des machines mais sans apport de fertilisants. « Dans le paysage intensivement transformé du reste du pays, les zones sablonneuses avec de faibles niveaux de nutriments sont devenues très rares », explique Riecken.

 

C'est pourtant dans ces domaines que les chercheurs ont trouvé des bruyères et des primevères, ainsi qu'une grande diversité de papillons et de criquets qui se développent seulement dans ces habitats particuliers. Avec cette richesse de données, le dossier pour la création officielle d'une ceinture verte se trouve renforcé.

 

En 2002, l'initiative Green Belt a réussi un grand coup lorsque Mikhaïl Gorbatchev, a approuvé le projet et est même devenu le premier acquéreurcependant d'une parcelle de la ceinture. En 2005, Angela Merkel a formellement soutenu le projet. L'année dernière, la chancelière a effectivement transféré tous les domaines encore détenus par le gouvernement fédéral, aux Länder, qui sont en charge de la conservation du patrimoine naturel. « Une ceinture verte qui nous a séparé dans le passé et qui nous rattache désormais », a t-elle déclaré.

 

east-german_guard_tower_700.jpg

 

Aujourd'hui, tous les partis célèbrent la ceinture verte comme un succès majeur de la préservation. Pourtant, il était clair pour les spécialistes que de laisser la zone à elle même ne suffirait pas. Certaines zones doivent être gérées mais le plus important reste de s'assurer de la durabilité de la ceinture verte, ce qui signifie l'interdiction formelle d'exploiter la zone pour les riverains, dans une région en proie à un chômage élevé et à l'exode des jeunes.

 

Trois domaines, la forêt de Thuringe, les montagnes du Harz, et l'Altmark, ont été choisis comme projets pilotes pour développer un mélange d'écotourisme et de tourisme classique : « L'ancienne route de patrouille a été transformée en piste cyclable », explique Leupold, « en outre, divers panneaux explicatifs le long du chemin racontent l'histoire tragique de la séparation et celle aussi édifiante de la régénération écologique. Les Hôtels et restaurants du coin sont ravis, il y a déjà des gens qui viennent de très loin pour faire l'expérience de ce mélange très spécial de nature et d'histoire », dit Leupold.

 

« La région est idéale pour les ornithologues ».

 

Comme le prouvent ces immenses groupes d'oies cendrées tournoyant au dessus des prés, comme le chant des parades nuptiales des grues d'Eurasie résonnent dans les forêts d'aulnes à proximité. Mais l'écotourisme n'est qu'un début, selon Leupold : « Nous voulons payer les agriculteurs pour les services écologiques qu'ils pourraient rendre plutôt que de rivaliser pour la terre », dit-il. « Les principales tâches qui nous attendent sont de continuer la transformation d'autant de sites que possible en zones protégées et de combler les 200 kilomètres qui manquent à la ceinture verte. »

 

Pour de nombreux habitants, les craintes que les écologistes ne transforment cet espace en une nouvelle frontière, étaient bien réels. « Créer des zones d'exclusion et des zones interdites, n'allait pas dans le sens de l'ouverture... », explique Leupold. « Dans certains endroits, nous ne pouvons pas déplacer une route ou passer outre les intérêts des agriculteurs », explique Riecken. « Dans ces cas, il faut être capable de proposer des solutions de contournement. Nous essayons alors de créer un couloir qui ne suit pas exactement la frontière historique, mais que les animaux pourraient utiliser », dit-il.


Spiegel online en anglais

Commenter cet article

celtica 23/10/2011 11:18



Passionnant cet article ! Je me suis permis de le partager sur les réseaux sociaux ;-) Ca me rappelle un reportage que j'avais vu sur la faune et la flore qui se développait allègrement dans les
environs de Tchernobyl...plus d'humains pour saccager la nature et tout s'arrange, l'histoire ne disait pas toutefois quelle était l'espérance de vie de ces animaux...


 



JCR 23/10/2011 12:13



Merci de le faire circuler. En ce qui concerne la faune autour de tchernobyl, elle est atteinte de mutations les oiseaux ont perdu 10% de cerveau (voir
billet
du 08 février)


Je me fais ma promo...


:-)



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents