Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Topinambours et Billevesées FO/tuppl*

Botanique et idées claires sous un ciel sombre. (*Far-Out / toujours un peu plus loin...)


Travailler, pour qui, pour quoi...

Publié par JCR sur 19 Septembre 2009, 08:00am

Catégories : #A wonderful world

Il y a toujours une perle dans les albums de Miossec, cette fois je suis tombé sur celle qu'il a interprêté chez Taddeï après un débat sur le suicide au travail: "Les chiens de paille".

Le mépris affiché du président de France Télécom envers son personnel est simplement outrageant et sans doute partagé par ses pairs: Une "mode" du suicide dans l'entreprise, il voulait dire "mood" en fait, à l'anglaise, pour faire cosmopolite...

Il se fout de votre gueule et vous tance comme des garnements en secouant un index menaçant: "Il faut que cette mode cesse..." comme le string ou la jupe courte à l'école.

"Une mode du suicide", les bras m'en tombent; autant de compassion et d'empathie rassure sur l'avenir des ressources humaines dans les grands groupes...

Topinambours et Billevesées, s'inquiète pour vous et vous propose de lancer une nouvelle mode : Arrêtez d'aller bosser, sabotez l'outil de travail et tant pis pour les désagréments si c'est pour la bonne cause. Lancez vos chaussures à la face du DRH en le traitant de chien et topez un arrêt de travail.

Crachez sur le boss en le traitant de voleur. Demandez lui haut et fort s'il estime mériter son salaire.


Retournez la violence contre le patronnat, faites leur peur : Sequestrez, huez, volez et distribuez gratuitement, réappropriez-vous les fruits de votre travail!
Dites "Ta gueule", "Merde", "J'ai aut'chose à foutre que ces conneries".

Allez pointer et cassez-vous aux champignons.


Ce n'est pas votre valeur qui est en question mais plutôt celles d'un monde de merde.
Soyez heureux d'être exclu de l'inhumanité, vous sauvez votre âme. Chacune des pierres que vous apportez à l'édifice battit notre prison commune. Soyons des grains de sable dans le grand engrenage de la machine infernale.

Dites "Je te vois, Ford;
Je te vois, Parisot; Je te vois, Mammon"

On recommence quelque chose de bien, avec de l'amour, des fleurs, des animaux en liberté et des coups de pieds aux culs qui ne se perdent plus!

...


Mais, euh, c'est à dire... là, tout de suite ? Parce qu'avec les traites du camping car, la maison, les vacances et la bagnôle... C
'est pas envisageable dans le court terme... N'a ka faire un Grenelle en attendant! Je comprends, je comprends...

Le travail sur Topinambours et Billevesées en 2006: Attention, travail danger, et Le travail c'est la santé

Commenter cet article

Nat&Zan 23/09/2009 22:22


Salut!
Ben ça fait longtemps...Finalement on se plaît bien ici, on a même fait un gosse! Je réagis à ton post, car figure-toi que y a pas 10 jours, je suis allée passée un concours de "rédacteur
territorial" (me demande pas pourquoi...) et le sujet de l'épreuve de composition c'était "Le travail est indispensable au bonheur de l'homme ; il l'élève, il le console." Qu'en pensez-vous? Je
donnerai cher pour voir les copies rendues. En tout cas moi je me suis bien défoulée, je crois que je n'aurai pas le bonheur d'aller glandouiller dans l'administration. A +


JCR 24/09/2009 08:17


Ha, ha ha, pas mal en période de suicide au travail. "il l'élève, il le console", ils n'ont pas peur... Juste oublié que le travail rend libre n'est-ce-pas?
("Arbeit macht Frei" )

Pour s'élever dans la fonction publique territoriale faut poser des guirlandes sur les arbres de la commune perché dans une nacelle.

J'éxagère, ça doit être sympa de bosser dans une petite commune et j'espère pour toi que le correcteur a l'esprit ouvert. C'est le genre de sujet tu sens bien les réponses attendues...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents